À la rencontre des fermiers et fermières

Les fermiers et fermières font partie intégrante du système alimentaire, ce sont eux et elles qui nourrissent en grande partie la population. Les fermiers et fermières de proximité sont souvent sous représenté.e.s lorsque la voix des agriculteurs et des agricultrices s’adresse au gouvernement fédéral. Quelques événements Je mange donc je vote ont accueillis des fermiers et fermières parmi les participant.e.s cet automne avant l’élection fédérale. Afin d’aller recueillir plus d’opinions de ce groupe, spécifiquement des francophones, et d’aller à leur rencontre, nous avons participé à la rencontre annuelle de la Coopérative pour une agriculture de proximité écologique (CAPÉ).

Nous avons demandé à plusieurs participant.e.s durant la fin de semaine la question suivante :

« Qu’aimerais-tu communiquer au gouvernement fédéral (en lien avec l’alimentation et le système alimentaire)? »

 

…………………………………………………………………………………………………

 

Voici ce que les fermiers et fermières nous ont dit:

« Faciliter l’accès à la terre et à l’agriculture pour les aspirants agriculteurs et les citoyens. »

 

« J’aimerais que l’on se concentre sur la sécurité alimentaire en visant le développement des circuits courts/proximité et non sur l’importation/exportation. »

 

« De l’aide pour les agriculteurs afin de développer la machinerie et appuyer les PME locales qui développent de la machinerie pour l’agriculture.»

 

«Sortir l’agriculture et l’agroalimentaire des traités internationaux, surtout pour les aliments frais.»

 

«Favoriser la diversification de l’agriculture et l’orienter vers un marché intérieur.»

 

«Supporter davantage l’agriculture à petite échelle.»

 

«Taxer les pesticides.»

 

«Améliorer l’accessibilité à la saine alimentation!»

 

«Augmenter le budget de recherche en agriculture biologique.»

 

«Soutenez les producteurs qui respectent la terre. »

 

« Ne sommes-nous pas ce que nous mangeons?»

 

«Arrêtons la surproduction et le gaspillage alimentaire.»